« Raconter, conter, fabuler, mentir dans une société où tout est embuche et corruption, où le simple fait de sortir acheter une plaquette de beurre peut virer au cauchemar, c’est rester vivant.

C’est déjouer la peur, prendre la consolation où elle se trouve, dans la rencontre, la reconnaissance, dans le frottement de son existence contre celle de l’autre.
C’est aussi l’amadouer, le désarmer, l’empêcher de nuire.

Tandis que le silence, eh bien, c’est fermer les yeux, se coucher dans sa tombe et baisser le couvercle. »

Négar Djavadi
Désorientale
Editions Liana Levi, 2016 

Partager cet article :
Email this to someonePin on PinterestTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+

« Tel est le travail : faire basculer ces mots liés à un instant du passé sur lequel on n’a plus de saisie vers un avenir sur lequel on n’a pas de saisie.

D’un instant à l’autre, il y a le point présent, que l’on peut dire présent, et qui apparaît intarissable.

C’est cela le travail : rapporter les mots à ce point de Source, ce point vivant. »

André Du Bouchet
Entretien avec Alain Veinstein

 

Partager cet article :
Email this to someonePin on PinterestTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+

detente

 

Partager cet article :
Email this to someonePin on PinterestTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+

On connaissait la reprise par Arthur H du poème « La Fin du monde » du poète roumain Ghérasim Luca. Intitulée « Prendre corps », en voici une nouvelle interprétation accompagnée par Nicolas Reparc, d’une autre intensité.

Je vous invite vivement à découvrir (si ce n’est pas déjà fait) leur album « L’Or d’Eros » sorti en 2014. Lectures musicales de quelques poèmes érotiques des plus saisissants comme L’Oeil du chat de Georges Bataille, L’Arbre de Pierre Louÿs, L’Amour d’André Breton et Paul Eluard… Captivant !

 

Partager cet article :
Email this to someonePin on PinterestTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+

"Ah, sans nous donner le bonheur, notre droit,
La laisserons-nous tarir encore, sans rien saisir,
Cette heure qui n'est qu'une fois ? "

Paul Claudel dans "La Perle noire", Gallimard, 1947 #

Rencontre avec Antoine Choplin et Hubert Mingarelli, invités par l’association Rêve de mots le jeudi 28 mai 2015 à Meylan. 

Autour de leur roman L’Incendie, roman épistolaire paru à la Fosse aux ours en 2015, les auteurs nous ont parlé de l’aventure de cette écriture à quatre mains. L’amitié était palpable, la rencontre d’une belle convivialité.

En présence de Monique Roche (photo), et de l’illustrateur de la couverture de L’Incendie – qui est également celui de La Source d’Hubert Mingarelli (Cadex) > un talent à découvrir > http://dadprod.canalblog.com/

Merci à Antoine Choplin et Hubert Mingarelli pour leur générosité, à l’association Rêve de mots, pour l’organisation de cette rencontre et les lectures, et à Michel Dupuy pour les photographies.

Partager cet article :
Email this to someonePin on PinterestTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+

Rencontre avec JM Erre

Humour et convivialité étaient de mise lors de la rencontre en compagnie de Jean-Marcel Erre à la librairie La Dérive de Grenoble.

C’était vendredi 5 juin 2015, autour de ses romans dont La Fin du monde a du retard (Buchet/Chastel). Organisée par l’association Rives & Dérives.

 

Partager cet article :
Email this to someonePin on PinterestTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+


Rencontre avec Olivier Rolin à la médiathèque municipale Georges Brassens de Claix le 28 mars 2015.

Dans l’ordre d’apparition : Olivier Rolin, Vanessa Curton, Corinne Rangod, conseillère municipale déléguée à la culture, Monique Roche dans le public. Photo de mairie de Claix. A lire > reportage – Ville de Claix > 

Cette rencontre était à la médiathèque de Claix autour du récit d’Olivier Rolin, Le Météorologue. Ont également été évoqués : Chasseur de lion (Seuil), Tigre en papier (Seuil), Méroé (Seuil), Sibérie (Inculte), Le Génie subtil du roman (publie.net)…

Voir tous les articles à propos d’Olivier Rolin en Zone littéraire > 

Partager cet article :
Email this to someonePin on PinterestTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+
Paysage embué 2_vanessa-curton_zone litteraire

Paysage urbain – embuée

« Ne plus voir la rue, en bas, que dans le flou, à travers une vitre embuée. Ne plus avoir que le ciel à portée de vue. Les hauteurs. Les vapeurs, le plus haut que le visible. Au-delà. Prendre le langage pour dire l’envie et cette allégresse qui envahit. Respiration profonde. Simplicité… ne plus être que ça ; juste une matière en vie, qui existe, qui ressent, qui éprouve… Quelle belle émotion ! L’épreuve de la Présence au monde. De l’Existence. »

Texte & photo Vanessa Curton

Partager cet article :
Email this to someonePin on PinterestTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+